Les médias et la promo

Quand il s’agit de parler culture, les médias ont une fâcheuse tendance à tous parler de la même chose. Ils chroniquent les mêmes films, invitent les mêmes artistes, font la promotion des mêmes expositions. Il y a pourtant chaque semaine plusieurs dizaines de films à l’affiche, bons nombres de disques dans les bacs, de nouveaux bouquins dans les rayons de librairie et des expositions qui ouvrent leurs portes.

Un des derniers exemples en date concerne l’exposition De Vinci. Elle n’avait pas encore commencé que les places se sont vendues comme des petits-pains (ou comme des chocolatines, c’est vous qui choisissez). La faute ou la chance (c’est selon) à un tapage médiatique extraordinaire. Il fallait être sourd et aveugle pour ne pas être au courant de cette exposition tant les chaînes télés, radios et la presse papier l’ont commentée. Même chose concernant celle consacrée à Francis Bacon. Un artiste au combien célébré dans le monde entier couplé à un lieu parisien reconnu pour la culture (en l’occurrence Beaubourg) et il n’en faut pas plus pour que la tempête médiatique s’abatte. Et pourtant… pour y être allé, l’exposition ne vaut pas le coup. Comme le dirait « Lunettes Rouges », chroniqueur sur le blog du site Le Monde, c’est « le degré zéro de l’exposition ».

Les papys de la chanson

Dans la catégorie musique, il est presque trop facile de trouver des exemples. Entre la promo des vieux croutons et celle de la jeune garde qui se prend un peu trop pour ce qu’elle n’est pas, c’est-à-dire des vedettes, on est servi. Ces derniers jours encore, on nous a resservi une louche de mauvais Renaud en nous disant que la soupe est excellente. Du côté du troisième âge, dès qu’un pensionnaire de l’Ehpad « chanson française » sort un nouvel album, il n’y en a plus que pour lui. Sardou, Polnareff, Christophe sont des exemples parmi tant d’autres. Allez vite, une dernière télé avant que papy ne casse sa pipe ! On aura des images d’archives récentes, on pourra dire qu’il a fait sa dernière télé chez nous.

Le champion toute catégorie de l’interview mi-promo, mi-nécro reste l’unique Laurent Delahousse (avec Drucker quand même ! Faut pas l’oublier lui aussi). Tous les dimanches soirs, ses invités du « 20 h 30 le dimanche » sont rarement de première jeunesse. Il s’est même payé le luxe d’inviter Michel Sardou deux fois en un an d’émission ! On ne sait jamais. Michel se fait vieux…

A.M.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s